Franck Muller

Franck-Muller-Story-Founders-Franck-3

Né en Suisse le 11 juillet 1958 d’une mère italienne et d’un père suisse dont il hérite de la créativité et de la discipline, Franck Muller grandit dans un environnement multiculturel. Dès son plus jeune âge, il développe un intérêt grandissant pour tous les dispositifs mécaniques.

Après quatre remarquables années d’études à l’École d’horlogerie de Genève, sa réputation est très vite bâtie : doté d’un talent technique exceptionnel, il est sollicité par les salles de vente aux enchères et les collectionneurs pour restaurer leurs trésors.

Au bout de quelques années, il commence à créer des garde-temps uniques sous son propre nom. Cherchant à modifier la tendance (l’afflux de montres à quartz sur le marché), Franck Muller décide de consacrer son travail à la création de garde-temps uniques, et plus particulièrement de montres-bracelets, offrant le même niveau de prouesse technique que les montres de poche.

En 1983, après des mois de recherche et de persévérance, Franck Muller présente ses premières montres-bracelets. Elles sont dotées d’un mouvement compliqué qu’il a entièrement créé. Il réalise qu’il existe une demande de la part des collectionneurs, à la recherche de garde-temps uniques.

Afin d’y répondre, et chaque année depuis lors, il dévoile une première mondiale remontant des complications jamais encore créées. Franck Muller reconnaît très tôt l’importante invention scientifique qu’est le tourbillon. Celui-ci a été conçu il y a plus de 200 ans afin d’obtenir une précision optimale pour les garde-temps. Franck crée pour la première fois un tourbillon visible côté cadran. Les tourbillons des autres marques étant quant à eux uniquement visibles côté fond. Cette nouvelle conception révolutionnaire, et les grandes complications qui l’accompagnent, valent à Franck Muller le titre de « Maître des complications ». 

 

Vartan Sirmakes

Franck-Muller-Story-Founders-Vartan-Sirmakes

Co-fondateur et PDG du groupe Franck Muller, Vartan Sirmakes naît à Constantinople en 1956. Il est l’héritier d’une famille de joailliers arméniens. Il s’installe à Genève à l’âge de 18 ans, sur les conseils de son oncle qui y vit depuis 1952. À cette époque, il maîtrise déjà le français qu’il a étudié au Collège Saint Benoît, une prestigieuse école française de Constantinople.

À son arrivée à Genève en 1974, il commence son apprentissage de sertissage auprès d’Antonio Bertolini. Son diplôme obtenu, il installe son propre atelier dans le quartier des Eaux-Vives à Genève. Sa réputation grandit rapidement et d’importants clients comme Ebel et Cartier ne tardent pas à lui faire confiance. Le petit atelier devient bientôt une grande société.

Sa passion pour le design, l’architecture et les beaux objets sont autant de sources d’inspiration qui l’encouragent à diversifier son activité et à intégrer le secteur des boîtes de montre avec un nouveau partenaire, le fabricant de bracelets et boîtiers, Pierre Ecoffey. Leur collaboration est un succès et tous deux acquièrent de prestigieux clients, tels que Daniel Roth. C’est là son premier pas dans l’industrie horlogère.

La fabrication de montres haut de gamme devient alors son objectif et, pour cela, il trouve en Franck Muller un partenaire de choix. Le succès est immense et immédiat.

 

en savoir plus sur Franck Muller